Soppe-le-Bas aujourd’hui

mairielogo

À mi-chemin entre Mulhouse et Belfort, la commune de Soppe-le-Bas (68780) s’étend sur 568 hectares à l’extrême sud-est du canton de Masevaux (arrondissement de Thann, département du Haut-Rhin).

Pour consulter la description héraldique des armoiries de Soppe-le-Bas, cliquez sur le blason ci-contre.



soppe

Situé au bord de la R.D. 83 et à moins de 10 km d’un accès à l’autoroute A36, le village de Soppe-le-Bas offre un bon compromis aux amoureux de la nature qui désirent vivre à la campagne sans s’éloigner des grands axes de circulation.
La déviation de la R.D. 83 – route qui traversait le village jusque vers le début des années 1990 – a permis à Soppe-le-Bas de retrouver son unité ainsi qu’un climat de sécurité et de sérénité profitable à l’ensemble de sa population.


Nombreux sont ceux qui se sont laissé séduire, puisque la commune a connu ces dernières années une croissance démographique spectaculaire, passant de 378 habitants au recensement de 1990 à plus de 800 aujourd’hui (voir graphique ci-dessous). Ce dynamisme retrouvé se traduit également par une reprise de la vie associative (voir notre page Associations).

depuis1851

1989

Vous trouverez un dossier statistique complet concernant Soppe-le-Bas sur le site de l’INSEE, à l’adresse https://www.insee.fr/fr/metadonnees/cog/commune/COM68313-soppe-le-bas.

 

Municipalité

Depuis les élections du 11 mars 2001, le conseil municipal est composé de 15 membres. Pour tout complément d’information, veuillez consulter notre page Les élus.

Intercommunalité

Depuis le 1er janvier 2002, Soppe-le-Bas fait partie de la Communauté de communes de la Vallée de la Doller et du Soultzbach, constituée à l’origine de 17 communes issues de l’ancien SIVOM de la Doller (créé en 1976).
Elle englobe Burnhaupt-le-Bas, Burnhaupt-le-Haut, Dolleren, Guewenheim, Kirchberg, Lauw, Le Haut Soultzbach (Mortzwiller et Soppe-le-Haut), Masevaux-Niederbruck, Oberbruck, Rimbach-près-Masevaux, Sentheim, Sewen, Sickert, Soppe-le-Bas et Wegscheid.

Renseignements :

Communauté de communes de la Vallée de la Doller et du Soultzbach
9, place des Alliés
68290 Masevaux
Téléphone : 03 89 38 81 75
Site Internet : www.cc-vallee-doller.fr

Ce n’est pas la première expérience intercommunale du village, pionnier en la matière, puisqu’il avait uni son destin à ceux de Soppe-le-Haut et Mortzwiller dès 1993 en participant à la Communauté de communes « Le Soultzbach », qui a été dissoute le 31 décembre 2001. Vous trouverez des détails sur ce sujet dans le supplément de l’édition d’hiver 2013 du Flash 313.

Aujourd’hui encore, l’intercommunalité perdure dans le Vallon sous la forme du Syndicat intercommunal du Soultzbach (SIS). Le SIS, dont le siège a été fixé à l’école maternelle de Soppe-le-Bas, assure la gestion de l’école maternelle et des écoles primaires du Vallon, gère l’ouvrier intercommunal ainsi que l’outillage et le matériel mis à disposition et finance le corps des sapeurs-pompiers du Soultzbach.

Renseignements :

Syndicat intercommunal du Soultzbach
14, rue du Lauragais
68780 Soppe-le-Bas
Téléphone : 03 89 26 98 37

Corps des sapeurs-pompiers

pompierSoppe-le-Bas possédait un corps de sapeurs-pompiers bien équipé et performant depuis 1980. En 2009, il est devenu le corps intercommunal du Vallon du Soultzbach, l’un des plus dynamiques du secteur. Pour ce faire, une compétence « secours » a été ajoutée au Syndicat intercommunal du Soultzbach. Le corps intercommunal, qui compte actuellement une trentaine de membres, bénéficie de la caserne construite par la commune de Soppe-le-Bas, devenue bâtiment à vocation intercommunale. Il est dirigé depuis 2014 par Jérôme MULLER.

Économie

À l’heure actuelle, Soppe-le-Bas compte un certain nombre de commerces et d’entreprises (voir notre page Entreprises locales). Vous constaterez que, malgré la taille modeste de la commune, des activités de nature variée sont représentées. Sur le plan économique, la commune a connu un essor avec la zone d’activités implantée à sa périphérie. Visible de l’autoroute A36 et aisément accessible, cette zone à la charnière du Haut-Rhin et du Territoire de Belfort peut se prévaloir d’une situation idéale au bord de la R.D. 83, voie rapide entre Belfort et Colmar.

Le site www.entreprendre-en-alsace.com accompagne les entreprises dans leurs projets de création, d’implantation et de développement dans les secteurs aux alentours de Cernay, Masevaux, Saint-Amarin ou Thann. Pour en savoir plus, consultez directement le site www.entreprendre-en-alsace.com ou lisez l’article de présentation publié à l’adresse www.soppe-le-bas.fr/site-entreprendre-en-alsace-com.

Paroisse Saint-Vincent

paroisseLa paroisse Saint-Vincent de Soppe-le-Bas fait partie de la communauté de paroisses des portes de la vallée de la Doller, qui réunit les paroisses de Lauw, Sentheim (siège administratif), Guewenheim, Bourbach-le-Bas, Soppe-le-Bas et Soppe-le-Haut/Mortzwiller. Placée sous le patronage de saint Christophe, la communauté de paroisses fait partie du doyenné de Masevaux, qui dépend de la zone pastorale Thur-Doller, elle-même rattachée au diocèse de Strasbourg (archevêché), l’un des plus grands diocèses de France.

Le curé, l’abbé Jan KOSTER, exerce, sous l’autorité de l’évêque, la charge pastorale de la communauté de paroisses et forme, avec cinq laïcs, une équipe d’animation pastorale. Il est secondé par l’abbé Gérard BALLAST, prêtre coopérateur du doyenné.

Dans chaque paroisse, des personnes assurent le relais entre l’équipe d’animation pastorale et les paroissiens. Ces personnes-relais peuvent accueillir les personnes qui ont une demande spécifique, comme l’inscription et la préparation à un sacrement. Elles inscrivent aussi les demandes d’intention de messes et recueillent l’offrande pour ces messes. Vous trouverez ci-dessous les coordonnées des personnes-relais pour notre paroisse.

La gestion du patrimoine de la paroisse est confiée au conseil de fabrique, dont la présidente est Sophie LICHTIN, mais l’église appartient à la commune de Soppe-le-Bas (voir notre page Histoire et patrimoine). Une souscription est actuellement en cours pour l’église de Soppe-le-Bas. Pour en savoir plus, rendez-vous à l’adresse www.soppe-le-bas.fr/eglise.

Coordonnées
Curé Jan KOSTER 03 89 82 52 74 comparoisses.sentheim@orange.fr
Prêtre coopérateur Gérard BALLAST 03 89 82 90 58 gballast@estvideo.fr
Personnes-relais Marie-Claire GLARDON 03 89 26 94 12 jeanclaude.glardon@numericable.fr
  Jeannette LILLER 03 89 26 94 02
Présidente du conseil de fabrique Sophie LICHTIN

Lasbordes :
un peu du Soultzbach à l’autre bout de la France

 

lasbordesa« Place du Soultzbach » peut-on lire sur une plaque à Lasbordes, village circulaire, fleuron du Lauragais, avec lequel les communes de Soppe-le-Bas, Soppe-le-Haut et Mortzwiller sont jumelées depuis le 10 avril 1999. La charte de jumelage a été signée par les représentants des quatre communes concernées en présence d’élus audois, de la population lasbordaise et d’une délégation alsacienne composée d’une cinquantaine d’habitants du Vallon du Soultzbach. Par cette charte, les élus du Vallon du Soultzbach et le maire de Lasbordes se sont engagés à promouvoir les échanges entre leurs communes respectives « pour développer, par une meilleure compréhension mutuelle, le sentiment d’une réelle fraternité ». La place du Soultzbach a vu le jour grâce à M. Jean BOHL, alors conseiller municipal de Soppe-le-Bas, qui a favorisé la rencontre des premiers magistrats des communes de Soppe-le-Bas et de Lasbordes.
Il y a eu ensuite plusieurs rencontres plus ou moins informelles, dont la réception d’une délégation d’élus soppois à Lasbordes, en août 1995, puis la visite du maire et des adjoints de Lasbordes dans le Vallon du Soultzbach, en juin 1996. L’année suivante, en août, ce sont des jeunes qui ont organisé un échange. Puis, le contrat de jumelage a été finalisé le 10 avril 1999 dans la commune audoise. Bien entendu, le « match retour » ne s’est pas fait attendre, puisque les conseillers municipaux de Lasbordes et des représentants de la vie associative ont été reçus dans le Vallon le 3 juillet de la même année. Ces deux fêtes resteront longtemps gravées dans les mémoires de leurs protagonistes, des gens « si différents, mais tellement semblables ».

À la découverte de Lasbordes

franceaudeVillage sans âge, Lasbordes peut se prévaloir d’une riche histoire. Au centre se dresse son église, qui date du XIIe siècle et qui abrite un retable du XVIIe siècle. Lasbordes a également été un haut lieu du catharisme au début du XIIe siècle. Une page d’histoire que Simon de Montfort, le chef de la croisade contre les Albigeois, a tournée en 1209, mais qui a inspiré en 1999 aux habitants de Lasbordes une reconstitution cathare des plus réussies.